+41 21 943 73 13 info@rochatsolaire.ch

Faq

General

Pourquoi recourir à un conseiller indépendant et non pas directement à une entreprise d'installation

Chaque entreprise a son matériel, ses fournisseurs propres, ses solutions techniques. Le conseiller cherche avec le client la meilleure solution pour son cas spécifique, et ensuite recommande une ou plusieurs entreprises. Si l’entreprise choisie est un de ses partenaires, le conseiller ne coûte rien au client. En effet le fournisseur rémunère le conseiller pour les travaux qu’il prend en charge à sa place:

  • Prospection et identification des projets,
  • Dimensionnement, optimisation
  • Evaluation financière, et conseil financier
  • Planification et suivi du projet

Le conseiller peut aussi travailler sur la base d’un mandat au service du client. Dans ce cas c’est le client qui le rémunère exclusivement.

Quelle est la rentabilité de l’investissement PV ?

ROCHAT SOLAIRE dispose d'un logiciel financier exclusif qui prend en compte tous les paramètres, inclu les éléments locaux et fiscaux. Ainsi le propriétaire ou l'investisseur dispose d'un excellent outil d'évaluation de son investissement, précieux aussi en cas de financement bancaire, ou si l'on veut constituer une société propriétaire de la centrale PV.

Dans des conditions de localisation favorables, et avec le prix de rachat subsidié, on peut atteindre un rendement de 5% à 7% sur le capital investi résiduel, parfois plus si l’exposition est excellente, en montagne par exemple.

Mon toit se prête-t-il à une installation PV ?

Cela dépend du rendement recherché, qui est fonction :

  • de l’irradiation reçue
  • du tarif de rachat de l’électricité
  • du coût de l’installation

L’irradiation dépend de :

  • l’emplacement, nombre de jours de soleil par année, ombre de l’horizon, altitude.
  • orientation par rapport au Sud. L’idéal est de -20° à +20°.
  • angle de pente. Sous nos latitudes, l’idéal est 35 ° en plein Sud. Lorsque l’on s’écarte du Sud, des pentes inférieures sont préférables.
  • ombres proches : autres immeubles, arbres, cheminées, etc. Il faut faire une évaluation sur place et aussi évaluer le risque que dans le futur une nouvelle ombre surgisse, par exemple une construction ou un arbre.

Le prix de rachat

Pour obtenir le tarif subsidié (dit RPC ou Rémunération à Prix Coûtant) il faut faire une demande à Swissgrid. Les projets qui seront approuvés obtiendront un prix fixe garanti pendant 25 ans, qui varie selon le type et la dimension de l’installation, ainsi que l’année de mise en service.

Actuellement le contingent est épuisé pour quelques années, mais à terme, il y a des perspectives de déblocage. L’arrêt du nucléaire implique un immense développement du solaire. Le canton de Genève a un programme de soutien, qui donne une bonne rémunération immédiate. D’autres cantons ou villes ont leur propre programme.

S’il faut vendre l’électricité produite au prix actuel d’environ de 10 à 15 centimes le kWh, l’investissement n’est pas rentable financièrement. Mais d’un point de vue écologique et dans une perspective à long terme, c’est un investissement intéressant. Si l’on peut faire l’investissement actuellement, il convient de faire une demande à Swissgrid et de mettre l’installation en service. Ainsi on fixe la RPC au niveau actuel pour 25 ans, ce qui sera intéressant même si l’on ne touche ce prix que dans 2 ou 3 ans.

Le coût du projet dépend de:

  • la dimension de l’installation: plus grande est l’installation, meilleur marché est le prix du kW grâce aux économies d’échelle.
  • la complexité du toit (forme, velux, cheminées, etc.)
  • la situation fiscale du propriétaire. Cela peut jouer un grand rôle, car on peut déduire tout ou partie de l’investissement.
Quelle est la durée de vie des modules ?

Les fabricants garantissent que chaque module produira au moins 80% du rendement nominal après 20 ou 25 ans. La durée de vie effective est probablement de 30 à 40 ans. Des installations fonctionnent sans problème depuis 30 ans. On n’a pas d’historique à plus long terme. Avec les années, le rendement baissera un peu, mais comme l’installation sera amortie, elle continuera à produire un revenu intéressant, par la vente de l’énergie au prix du marché.

Quelle est la durée de vie de l’onduleur ?

Dans les calculs de rentabilité, on prend une durée de vie moyenne de 15 ans. Les onduleurs sont en général garantis 5 ans, mais on peut étendre la garantie ou souscrire à un abonnement d'entretien.

 

Comme propriétaire d’une installation connectée au réseau vais-je consommer ma propre électricité ?

Comme l’eau, l’électricité n’a pas d’étiquette ! Dans une installation connectée au réseau une partie de ma consommation provient de ma production, mais cela varie à tout moment, et n’a pas d’importance économique. La production et la consommation sont indépendantes.

Je désire produire autant d’électricité que j’en consomme annuellement. Quelle installation dois-je commander, et combien cela va-t-il me coûter ?

En Suisse la consommation domestique d’une personne est de 1’000 à 1500 kWh, sans eau chaude ni chauffage. Il faut poser environ 10 m2 de modules PV pour produire l’équivalent de la consommation d'une personne.

Donc sur le toit d'une villa, si l'on pose une centrale de 50 m2, cela couvrira approximativement la consommation des 5 personnes qui l'habitent.

Quels sont les éléments d’une installation PV connectée, et leurs coûts ?

Les modules PV constituent environ la moitié du coût. Compter un quart environ pour les matériaux : onduleur, matériel de montage et câblage, compteur. Le dernier quart couvre l’élaboration du projet, la main d’œuvre de montage, le raccordement, la concession.

En plus, il faut compter le coût d’une éventuelle augmentation de la puissance électrique et de l’ampérage, ainsi que d’éventuels frais d’architecte, de mise à l’enquête, etc.

Vaut-il mieux mettre des modules intégrés ou ajoutés ?

Si l’on construit à neuf, ou si l’on refait entièrement un toit en pente, il vaut mieux mettre une installation intégrée : c’est un peu plus cher, mais ce sera plus élégant. Le tarif de rachat de l’énergie par Swissgrid est plus élevé pour de l’intégré, ce qui compense le coût supérieur.

Mais plus l’installation est grande, plus les tarifs se rapprochent.

Si l’on couvre un toit existant en bon état, on mettra plutôt de l’ajouté, meilleur marché et plus flexible.

Il faut étudier la meilleure solution pour chaque cas !

Peut-on couper les modules pour s’adapter à la forme du toit, par exemple découper en biseau ou en arrondi ?

Non, les modules ne peuvent être façonnés. On peut obtenir des panneaux de forme spéciale, mais c’est relativement cher. On peut faire les formes spéciales en ferblanterie, d'une couleur proche de celle des panneaux, pour sauvegarder l'estéthique du toit.

Il existe aussi des petites tuiles solaires, solution plus coûteuse.

Peut-on mettre des modules en façade ou à plat ?

Oui, mais si le module est placé verticalement, le rendement baisse de 30%. Pour un module posé à plat, le rendement baisse de 10 % par rapport au module disposé à l’angle optimal.

Quelle est la différence entre les panneaux solaires thermiques et les panneaux solaires (ou modules) photovoltaïques ?

Les panneaux thermiques produisent de la chaleur, généralement transmise à de l’eau sanitaire ou de chauffage. Ils nécessitent l’intervention d’un installateur sanitaire.

Les panneaux photovoltaïques transforment le rayonnement solaire en électricité. Ils nécessitent l’intervention d’un électricien, et d’autres corps de métier pour la conception et la pose.

Puis-je combiner des panneaux thermiques et des modules photovoltaïques sur mon toit ?

Oui, on peut combiner, si l’on dispose d’une surface suffisante et d’une bonne exposition.

Toutefois il faut analyser les deux investissements séparément et les optimiser chacun. Des capteurs hybrides commencent à apparaître sur le marché, mais dans la pratique, le dimensionnement pose souvent problème.

Quelle est la différence entre une installation photovoltaïque autonome, et une installation photovoltaïque connectée au réseau ?

Une installation autonome charge un accumulateur (batteries), qui alimente une installation électrique de faible puissance dans des endroits non desservis le réseau : chalets de montagne, caravanes, bateaux, etc.

Une installation photovoltaïque connectée au réseau produit du courant électrique qui est injecté dans le réseau public. L’énergie produite est mesurée par un compteur indépendant du compteur de consommation d’électricité.

Quels sont les frais d’entretien d’une installation PV ?

Comme il n’y a aucune partie mobile, et que les composants sont résistants, les frais d’entretien sont très bas. Les modules sont en général nettoyés par la pluie. L'onduleur ne demande en principe pas de maintenance. Mais il est opportun de contôler périodiquement l'installation et sa performance.

Dans les installations de taille moyenne ou grandes, il est recommandé d'installer la télésurveillance, qui permet de vérifier à distance la performance de l’installation, en particulier de suivre sur ordinateur sa performance historique, et celle de ses composants. C’est particulièrement recommandable pour les installations sans présence d’une personne sur place.

Faut-il que le soleil brille pour que les modules produisent ?

Les modules produisent aussi quand le temps est couvert, car ils sont sensibles à la lumière et au rayonnement diffus. Mais lorsque le soleil ne brille pas, le rendement baisse de 80% environ.

Selon le type de technologie des panneaux, la sensibilité à la lumière diffuse varie. C'est l'un des facteurs à prendre en compte dans un projet PV.

Que faire de mes panneaux lorsqu'il seront en fin de vie ? Peut-on les recycler ?

Il existe déjà en Europe des filières de récupération des modules PV, qui recyclent 90 % des matériaux, sans coût, sinon celui de démonter l'installation et de la transporter.

Il est probable qu'avec la quantité croissante de centrales PV installée en Europe, ces unités de recyclage se développeront et valoriseront les produits de recyclage.

La technologie va évoluer. Ne vaudrait-il pas mieux attendre pour investir dans le Photovoltaïque (PV) ?

Avec le progrès technologique, et l’augmentation des capacités de production, le coût de l’investissement par kWh a baissé. En trois ans, le prix a baissé de 50% ! Dans quelques années, il est probable l’on atteigne la « parité réseau » (Grid Parity), donc que le coût du PV rejoigne le prix du marché au consommateur.

Si l’on a des perspectives d’obtenir la RPC de Swissgrid, ou que l’on signe un contrat à long terme avec un acheteur d’énergie verte, mieux vaut investir maintenant si l’on dispose des fonds. Relevons que chaque année la RPC baissera, donc ceux qui mettent en service une installation maintenant obtiendront un prix meilleur que ceux qui attendent. Ils contribueront à réduire immédiatement les émissions de CO2.

CONCLUSION : LE PV EST L’ENERGIE DU FUTUR, ET… DU PRESENT !